beg ar van (la pointe du van) lyrics – alan stivell

goursaw-heol gouañv gant gouloù loar ‘dreus red ar c’houmoul loued
d’an new’amser warlec’h kreisteiz en aour al lanneg
e beg ar van goude kuzh-heol ‘raog nos, er misioù du
pa ba’ bourc’h plogoñv da vitin araog dihun an dud

“ar ch*ss a glewan o harzhal, setu ar soudarded c’hall”.
prest eo ar bobl e penn ar bed, prest eo hi’ wid ar gad diwezañ
‘vo ket ‘wid c’h**ri ‘vel boas, ga’r voger bar c’hein ‘vo dic’hr*ss

dirag plegmor an anaon epad nos kalanna
e chomen mud, torret ma naon, o wel penn eurasia
leun oa ma fenn gant hunvreoù morgan, isold, ahes
gant kleier ilisoù kêr-ys ha manati drouizesed

mallozh, mallozh d’an heñi a gred disakro douar hol lorc’h
prest eo…ba’ daoulagad an dud’so krog ba’ kerreg du kernew
dimezo ‘ra a neñv ga’r mor, an eñvor o skedo
e peb sellad pell ar c’h*rnog ‘ma oll furnezh ar bed
br*sset war ar chadenn-buhez diboa geneliezh mab-den

mallozh, mallozh d’an heñi a gred disakro douar hol lorc’h
prest eo…

ba’ daoulagad an dud dre’man e chom ur vadelezh don
dont’ra deus an tri mil kantved, o beaj hir war an hent
e ped lagad e c’haller lenn ur gounar gozh ha leun
sevel gorreg ‘vel un arme divent ‘wid ‘r gad diwezañ

“ar ch*ss a glewan o harzhal, setu ar soudarded c’hall!”
prest eo…

solstice d’hiver, lumière de lune à travers la course grise des nuages
au printemps après midi dans l’or de la lande
a la pointe du van juste après le crépuscule aux mois noirs
ou au bourg de plogoff le matin avant le réveil des gens

“j’entends les chiens aboyer, voilà les soldats français!”
le peuple du bout du monde est prêt pour le dernier combat
ce ne sera pas un jeu comme de coutume, le dos au mur il sera sans pitié

face à la baie des trép*ssés pendant la nuit de la saint-sylvestre
je restais muet, sans faim, regardant la pointe de l’eurasie
ma tête était pleine de rêves à morganne, iseult, ahes,
aux carillons de la ville d’ys, au monastère des druidesses

malédiction, malédiction à celui qui ose profaner la terre de notre orgueil
le peuple du bout du…

dans les yeux du peuple qui s’accroche aux rochers noirs de cornouaille
s’épousent le ciel et la mer, le souvenir y resplendit
dans chaque regard à l’extrême-occident se trouve toute la sagesse du monde
qui a grandi sur la chaîne de vie depuis l’apparition de l’homme

malédiction…

dans les yeux des gens d’ici habite une bonté profonde
trois mille siècles, leur long voyage, l’ont élevée
dans chaque œil on peut lire une colère ancienne et pleine
se lever lentement comme une armée immense pour le dernier combat

“j’entends les chiens aboyer, voilà les soldats français!”

le peuple du bout du monde…

/ alan stivell lyrics