la sécurité de l’emploi lyrics – les fatals picards

ils sont marrants cette année
c’est difficile de deviner dès la rentrée
lequel se fera arrêter
pour les scoots qu’il aura piqués
lequel sera incarcéré
pour avoir trop dealé
moi en bon prof je suis préparé
un peu de math et de français
du kickboxing, du karaté
tant pis pour la géographie
ce qu’ils connaissent de l’italie
c’est juste vaguement les spaghettis
et rocco siffredi
au programme de cette année
en français faudrait arriver
a lire un livre en entier
mais même dan brown et marc lévy
il y a plus de cent mots de vocabulaire
on en sera toujours à lire
la préface même après l’hiver.

et mon voisin en me voyant
me dira: “bande de fainéants!
alors vous êtes déjà rentrés
vous savez pas ce que c’est que de bosser!
avec vos semaines de vingt heures,
vous bossez bien moins qu’un facteur,
dire que je paye pour vos congés
et pis vous n’êtes même pas bronzé!”
cent copies à corriger
deux trois prozacs, huit cafés,
mais je l’entends quand même dire d’en bas:
“je compte même pas
la sécurité de l’emploi!”

celui aux lunettes, c’est mon surdoué,
il sait écrire son nom sans fautes, il sait compter – waw!
bah, c’est pas mal pour un 3ème, il faut savoir s’en contenter
c’est clair qu’un intello pareil, il va se faire racketter
trente-cinq élèves, cette année je leur ai demandé
ce qu’ils voulaient faire comme métier
j’ai dix zidane, quinze amel bent, et neuf bouba,
un original qui veut faire vigile et avocat
il a dû voir chez courbet
que c’était pas mal d’être avocat
si jamais t’allais en prison
ils croient qu’ils auront leur brevet
en regardant l’île de la tentation,
merci pour tout ce que fait pour eux la télévision

et mon voisin, le même qu’hier,
me dira: “bande de fonctionnaires,
alors vous êtes déjà rentrés?
vous savez pas ce que c’est de bosser!
avec vos semaines de vingt heures
vous bossez moins qu’un contrôleur,
et dire que je paye pour mon gamin,
il a redoublé son ce1!
vite les bulletins à remplir
deux trois prozacs, et huit kirs
mais je l’entends quand même dire d’en bas:
“je compte même pas
la sécurité de l’emploi!”

les directives du ministère
nous imposent d’faire
des réunions plus régulières
on en fait même pour planifier
les prochaines réunions
ou pour décider de ce qu’on peut donner
sans risque comme sanctions
fini les notes, de temps en temps,
faut juste leur envoyer des sms d’encouragement
l’évaluation c’est pas toi qui la fais,
eux y t’disent si t’es cool
je préfère quand même qu’ils me donnent des notes
plutôt que des coups d’boule
impossible de les faire redoubler,
les pauvres chéris il faut surtout pas les perturber
les programmes faut les simplifier,
il y a trop de leçons ça les *ssomme
ils ont même proposé de donner le bac
avec la prochaine playstation.

et mon voisin vous le connaissez
me dira: “bande de surpayés
vous foutez rien de la journée
vous devez pas être fatigués!
avec vos semaines de vingt heures
vous bossez bien moins qu’un chômeur,
et pis pas de chef et pas de rendement
c’est pas pour ce que vous faites vraiment!”
les parents à rencontrer
deux ou trois prozacs, huit grand marnier
et vu leur investiss*m*nt
l’année prochaine ira pas en s’arrangeant
faudra peut-être songer à les adopter
venir les lever le matin, le soir les coucher
et p’t-être dormir à leur place
pour qu’ils restent éveillés en cl*sse.

la prof de gym n’est pas venue
s’est faite agressée dans la rue
mais bon, ils l’avaient avertie
ils veulent pas de sport avant midi
ils peuvent d’jà pas fumer en cl*sse
et ça déjà c’est dégueul*sse
entre chaque cours une bière et un joint
c’est quand même pas des gros besoins
cette fois-ci c’est décidé
mes gosses iront dans le privé
j’ai beau regarder à deux fois
je la vois pas tant que ça
la sécurité de l’emploi.

/ les fatals picards lyrics