le martien (flowers in the rain) lyrics – claude francois

je me suis réveillé cette nuit
en entendant ces drôles de bruits
et près du lit j’ai vu un p’t*t homme vert
il avait trois yeux et onze mains
je crois que c’était un martien
je lui ai parlé gentiment

le martien a tout d’abord dit “bruit de bouchon, grognement de cochon”
en insistant sur “des ricanements”
mais ce n’était pas tout
ensuite le martien ajouta des “bruit de bouchon, grognement de cochon”
en insistant sur “des ricanements”
et puis surtout “des ricanements”

voyant que je ne comprenais pas
il me fit signe de ces grands doigts
d’aller avec lui près de la fenêtre
de son antenne sur les carreaux
il dessina de drôles de mots
il écrivit ce qu’il venait de dire

le martien a tout d’abord écrit “boing”
en insistant sur “boing”
mais ce n’était pas tout
ensuite le martien ajouta le “bruit de bouchon, grognement de cochon”
en insistant bien sur le “gloup”
et puis surtout “des ricanements”

mais comme le jour allait se lever
brusquement il eut l’air pressé
puis il monta dans sa fusée
et disparut dans la fumée
c’est là que je me suis réveillé
j’avais compris que j’avais rêvé
et comme je p*ssais près de ma fenêtre
croyez-moi si vous le voulez
tout était encore dessiné
et là j’ai fini par comprendre

ce martien avait fait tous les doubles “slurp”
en insistant bien sur le “bruit de bouchon”
mais ce n’était pas tout
le martien avait ajouté le “boing”
en insistant bien sur le “grincement”
voilà c’est tout

pet*t martien, si tu m’entends
reviens me voir de temps en temps
tu trouveras toujours chez moi
une table pour poser ta fusée
une heure ou deux pour discuter
chez moi pas question d’être pressé.

/ claude francois lyrics