quand tu m’aimes lyrics – herbert leonard

fébrilement je t’attends, je suis en manque de toi
je me languis de ton parfum
sentir ta bouche effrontée, épouser tous mes rêves
dans un délicieux va et vient
retenir nos élans pour que la nuit n’en finisse pas
tout oublier sous mes doigts impatients, trouver ta voie sacrée

je n’ai qu’un pays, celui de ton corps
je n’ai qu’un peché, ton triangle d’or
je découvre en toi toutes les audaces quand tu m’aimes
lorsque tu dénoues tes jupons soyeux
moi je m’engloutis au fond de tes yeux
ta gorge étincelante, tes buissons secrets, quand tu m’aimes

je ne pense plus qu’à me perdre au plus profond de toi
et ta peau manque à ma peau, j’ai perdu le sommeil
et je n’arrive plus à travailler, je n’en peux plus
je paie le prix que paie le vice à la vertu

je n’ai qu’un pays, celui de ton corps
je n’ai qu’un peché, ton triangle d’or
je découvre en toi toutes les audaces quand tu m’aimes
je souscris à tous ces plaisirs sublimes
et soudain tu trouves la caresse ultime
qui arrache en moi un cri de victoire, quand tu m’aimes.

/ herbert leonard lyrics